Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Française

  • Les Mange-Rêve, Jean-Luc Le Pogam

    téléchargement.jpg

    2034. Une période de froid extrême s'abat sur l'Europe, condamnant les calmes rivages de l'ouest à se figer dans la glace la plus épaisse. Car le climat, au même titre que d'autres mesures, est un bon moyen de contrôler les populations trop avides de liberté. Bogdich, le président, ne se prive pas des atouts technologiques à sa disposition pour réduire en cendres tout embryon de liberté. Après s'être attaqué au climat, il anéantit toute possibilité de rêver ou de penser. Ses redoutables brigades Mange-Rêve traquent les sources de plaisir et de connaissance : livres, musique, journaux sont des armes anti-régime traquées dans les moindres recoins. Leurs propriétaires s'exposent au pire.

    Dans cet environnement impitoyable, trois amis adolescents se retrouvent en première ligne. Leur prof de guitare a été sauvagement agressé, les parents ne donnent plus signe de vie, et le beau-père de l'un des trois serait membre des milices Mange-Rêves ! Accompagnés de deux grands-pères au passé d'aventuriers surentraînés, ils vont traverser la glace à bord de cataskis -le nouveau nom donné aux catamarans en cette période cauchemardesque où l'eau n'existe plus qu'à l'état solide- pour échapper aux tyrans et retrouver leurs proches. Mais bien des embûches parsèment leur aventure à la voile, et l'équipage, en route vers le nord, aura à subir bon nombre d'avaries.

    Roman d'aventures et d'initiation à destination des adolescents, les Mange-Rêve, comme tout bon roman d'anticipation, propose aussi une réflexion sur la liberté et le pouvoir. Un souffle d'air (très) frais à recommander également aux adulltes.

     

    Les Mange-Rêve, l'Enfer Blanc (Tome 1 de la trilogie), Jean-Luc Le Pogam.

    Editions Slalom

    Catégories : Littérature Française, Littérature jeunesse 0 commentaire
  • Faux départ, Marion Messina

    faux déart.jpg

    On ne se retourne pas sur Aurélie si on la croise dans la rue, il ne faut pas non plus compter sur elle pour mettre l'ambiance dans une soirée. Aurélie est une discrète, voire une invisible, une solitaire. Issue d'un milieu modeste, promise par ses capacités scolaires à une école que ses parents la dissuaderont d'intégrer, Aurélie éprouve au plus profond l'expérience de l'ennui, le vrai, sur les bancs de la fac, comme dans la vie en général. De Grenoble, elle déplace son ennui à Paris, une ville-ogresse qu'elle conspue tout en en devenant intimement dépendante.

    Entre les deux villes, il y a eu la rencontre avec Alejandro, un étudiant colombien qui fait s'éloigner l'ennui en faisant battre son cœur. Amoureuse, elle est aussi ouverte au monde par cette rencontre : cinéma, musique, débats redonnent du sens à son existence. Mais les contes de fées ne sont pas si fréquents, et Aurélie fait l'épreuve de l'entrée dans la vie professionnelle. Déception amoureuse, boulots mal payés, exigeants en horaires et en déplacements, peu reconnus, aiguisent son regard sur la société qui l'entoure.

    Roman d'initiation très éloigné de l'eau de rose, Faux Départ fait la part belle à un style incisif et direct, d'une modernité absolue dans son regard et ses réflexions.

    Faux départ, Marion Messina (France). J'ai lu..

    7, 10 €. 221 pages

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Un océan, deux mers, trois continents, Wilfried N'Sondé

    esclavage, récit initiatique

    Nsaku Ne Vunda est né à la fin du 16ème siècle dans le royaume du Kongo. Ordonné prêtre, il va recevoir mission par son roi d'aller rencontrer le pape, à Rome, pour lui faire part de l'abjection du trafic d'humains en Afrique. Voyage ambitieux dans une époque pleine de dangers, sur des océans qui convoient par navires entiers de la marchandise humaine. Le héros va en effet voyager sur un navire négrier, et découvrir le triangle de la mort de la traite esclavagiste. Du Kongo à l'Amérique, celui qui est rebaptisé Dom Antonio depuis son baptême chrétien, assiste à des scènes d'une cruauté insupportable envers ses frères capturés sur leurs terres pour être vendus dans les plantations. Une traversée immonde, dans lequel aucune vie n'est sacrée, aucune mort n'est pleurée, si ce n'est pour le manque-à-gagner qu'elle représente pour l'armateur. En Espagne, Dom Antonio se voit confronté aux sidérantes torture de l'Inquisition catholique, une pratique religieuse à l'opposé de sa foi, qui va obliger cet homme, prêtre à la peau noire, à se cacher de la folie humaine. En arrivant à Rome, épuisé et désabusé, il aura peut-être l'occasion de rencontrer le pape.

    On pense au Candide de Voltaire en lisant ce roman de Wilfried N'Sondé, au verbe simple et au propos déchirant, basé sur un personnage historique avéré (On peut encore aujourd'hui voir la statue de Nsaku Ne Vunda à Rome). Un regard posé sur une époque où le concours des abominations semble sans borne, mais encore plus sur la capacité de l'homme à ignorer l'humanité de ses semblables.

    Un océan, deux mers, trois continents, Wilfried N'Sondé (France).

    Actes Sud. 268 pages. 20 €

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • La tresse, Laetitia Colombani

    femmes, combats

    Elles sont trois. A plusieurs fuseaux horaires de distance, trois femmes se battent pour elles et pour leurs proches. L'une, en Inde, veut scolariser sa fille pour enfin sortir du système des castes qui condamne sa famille, intouchable, à ramasser les excréments des autres. La deuxième en Sicile, va devoir reprendre l'entreprise familiale de perruques artisanales au moment le plus critique. Une troisième au Québec, avocate et femme d'influence, découvre en apprenant qu'elle est atteinte d'un cancer l'envers du décor dans lequel elle jouait jusqu'alors son rôle à la perfection. Les trois femmes sont reliées, mais elles l'ignorent, car le tout ne tient qu'à un cheveu. 

    Voilà une manière originale de percevoir la mondialisation que ce roman. Un monde connecté qui fait inconsciemment émerger une certaine convergence des luttes : celle des femmes pour bénéficier de la place qu'elles méritent dans un monde sans merci. La tresse est un roman de combats, auréolé de beaucoup de délicatesse.

    La tresse, Laetitia Colombani (France).

    Le livre de poche. 238 pages. 7, 20 €

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Un truc à finir, Benjamin Desmares

    un truc à finir.jpg

    Une explosion de sensations puissantes et contradictoires : voilà ce que vous réserve la lecture d'Un truc à finir, signé Benjamin Desmares.

    On connaissait Benjamin Desmares pour ses romans-jeunesse, on le retrouve avec talent dans un univers pour adultes. Prenez un quadra au bout du rouleau, un inconnu en équilibre précaire sur un grillage, des petits gâteaux à la figue. Mettez notre quadra (Joseph) inopinément en route vers une jolie petite ville nommée Redon, et laissez infuser : aventure, humour, noirceur, épopée maritime et réalisme magique, vous ne saurez plus à quelle épice délicieuse de ce savoureux mélange vous venez de goûter ! Car Un truc à finir, c'est un cocktail qui pétille en bouche et qui ne se laisse enfermer dans aucune catégorie de roman déjà connue. Un roman susceptible de plaire à tous les lecteurs curieux, et avides de découvertes. Une expérience de lecture réjouissante !

    Trois bonnes raisons de lire Un truc à finir :

    Si vous avez lu Cornichon Jim, vous retrouverez dans Un truc à finir des aventures rocambolesques avec une pointe enfantine.

    Vous avez aimé vous laisser emporter dans un univers parallèle avec Une histoire de sable ? Vous accepterez d'être pris par la main aux limites du réalisme. Vous hésitez encore ? Alors c'est que vous avez un point commun avec Joseph, le héros, qui déclare : « Je trouve ça nul, continuai-je. Je veux dire, le fantastique, tout ça, très peu pour moi. Je ne supporte pas toutes ces histoires, les mômes qui ouvrent une porte au fond d'un placard et se retrouvent dans un monde merveilleux à gambader sur le dos des licornes. Je trouve ça d'un con ! Mais d'un con ! »

    Vous êtes hermétique à la mièvrerie et ne rechignez pas devant un peu de noirceur bien corsée ? Si Des poings dans le ventre vous a plu, vous aimerez aussi Un truc à finir et ses passages pour estomacs bien accrochés.

     

    Un truc à finir, Benjamin Desmares (France).

    Rouergue. 396 pages. 22 €

     

     

     

     

     

     

     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Le jour d'avant, Sorj Chalandon

    sorj chalandon.jpg

    Le jour d'avant se situe dans le monde d'avant. Celui de la mine, de la quête du charbon qui nourrit toute une région et des coups de grisou. Ces années 70 qui voient descendre les derniers wagons, avant l'émergence d'une industrie moins salissante, moins dangereuse, moins nourricière aussi.

    Dans ce décor de fumées grises grandit le narrateur, dans une famille qui cultive la terre mais ne pénètre pas ses entrailles. Trop de drames avant eux. Dans l'admiration d'un frère aîné qui a bravé l'interdiction familiale de travailler à la mine, le jeune homme scrute avec envie cette communauté d'hommes aux rites établis et à la solidarité chevillée au corps.

    Mais un jour, finies les cavalcades en mobylette avec le grand frère. La mine, une fois encore, a exigé un sacrifice. Les années passant, le souvenir du frère aîné hante le narrateur, et l'idée de vengeance s'incruste dans ses pensées comme les poussières de charbon sur la peau et les poumons.

    Sorj Chalandon pointe juste comme toujours, et ménage le suspense jusqu'au bout de ce roman social, autant qu'affectif.

    Le jour d'avant, Sorj Chalandon (France). Grasset. 326 pages

    Du même auteur :  Retour à Killybegs, plongée dans l'histoire torturée de l'Irlande.

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • La Rose dans le bus jaune, Eugène Ebodé

    ebodé rose bus jaune.jpg

    Il ne fait pas bon être noir à Montgomery, Alabama, en 1955, et le nom de Rosa Parks est là pour nous le rappeler. Elle a 42 ans, ce jour de décembre, quand elle refuse de céder sa place dans le bus à un homme blanc. Geste hautement politique dans les USA ségrégationnistes, démarche illégale qui mène tout droit au commissariat. Ce jour-là, Rosa Parks n'avait pas de plan, elle était simplement fatiguée. De sa journée, comme de ces lois iniques. Elle n'était pas la première à se montrer frondeuse. Mais cette fois-là, les choses vont prendre une ampleur inédite.

    Prenant les blancs là où ça fait mal, les militants pour les droits civiques, parmi lesquels on retrouve Martin Luther King, organisent un boycott des bus qui prend une ampleur considérable, au point de faire vaciller l'économie locale. Les noirs marchent, marchent, marchent. Par centaines, par milliers, des semaines durant. Et organisent leur propre système de transports en commun. Et tout cela n'a rien d'une contestation anodine, quand la fureur du Ku Klux Klan prend pour visage les pendaisons, les incendies volontaires, les colis piégés, les attentats à la voiture folle.

    Eugène Ebodé a choisi de faire de Rosa Parks la narratrice de sa propre histoire dans ce roman passionnant, où l'on lit les grandes dates et les décisions historiques, comme les doutes et les fragilités d'une femme militante d'une cause à la portée vertigineuse.

    La Rose dans le bus jaune, Eugène Ebodé (France). Folio.

    378 pages. 7, 70 €

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire