Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Française

  • La Serpe, Philippe Jaenada

    serpe jaenada.jpg

    Philippe Jaeanada a plusieurs passions dévorantes, au nombre desquelles le turf et les parenthèses, mais la plus marquante ces dernières années est sans nul doute le fascination pour les enquêtes policières retentissantes en leur époque, et les procès qui en ont découlé.

    Après avoir réhabilité le braqueur Bruno Sulak, extrait de la fange populaire Pauline Dubuisson, c'est à une affaire des plus sanglantes qu'il s'intéresse dans La Serpe. En 1941, alors que la France souffre, un carnage atroce se déroule dans un manoir du Périgord. Trois personnes y sont sauvagement assassinées, au moyen d'une serpe fraîchement affûtée. L'affaire fera grand bruit, car le principal accusé est le fils de la maison, jeune homme à la réputation sulfureuse, colérique, dépensier et menteur. Des années après, ce jeune homme, Henri Girard, écrira un des succès littéraires français, plus connu encore par son adaptation au cinéma : Le salaire de la peur, sous le pseudonyme Georges Arnaud. Entre les deux événements, que s'est-il déroulé ? Comment cet homme que tout accablait a-t-il bénéficié de la clémence du tribunal ? Quelles suites de hasards l'ont mené notamment en Amérique du Sud, où la mort le frôlera plus souvent qu'à son tour ?

    C'est à bon nombre de ces questions que Philippe Jaenada entreprend de répondre, n'hésitant pas à se faire enquêteur, épluchant pendant des jours les archives du dossier Girard, arpentant les chemins de Dordogne pour mieux humer l'affaire. Avec un humour et un sens des digressions toujours aussi enlevés, il n'économise pas la réflexion sur cette affaire fascinante qui vous fera passer quelques nuits blanches, assis au banc des jurés, dans le questionnement d'une culpabilité aussi évidente qu'impossible.

    La Serpe, Philippe Jaenada (France). Julliard. 648 pages

    A découvrir aussi, du même auteur : La Petite femelle, Sulak, Plage de Manaccora... 

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Petit Pays, Gaël Faye

    petit pays.jpg

    C'est un petit pays, enclavé entre le Rwanda, la Tanzanie et la République du Congo. Un petit pays qui s'appelle le Burundi. On y croise des noirs, des blancs expatriés, des hutus, des tutsis, des réfugiés rwandais, des enfants métis. C'est le cas de Gabriel, une dizaine d'année. Enfant d'une mère rwandaise, réfugiée au Burundi, et d'un père français. Né dans les années 70, il connaît une enfance plutôt insouciante, dans l'impasse où il vit, accompagné de ses bons copains, toujours en vadrouille, se régalant de mangues juteuses.

    Mais un jour, l'ambiance change dans le pays. Ce sont les toutes premières élections qui s'annoncent, et la population se mobilise en masse. Comment comprendre, avec des yeux d'enfant, que la vie paisible va s'arrêter là, que le génocide qui fait rage, déjà, au Rwanda, va contaminer son quotidien, anéantir l'innocence de son impasse, de son terrain de jeu, assassiner sa famille, faire perdre la raison à sa mère, imposer l'atrocité ?

    Petit Pays, c'est un récit d'enfance des plus classiques, empreint de nostalgie. A cela près que l'enfance disparaît devant la folie tueuse des hommes, la peur au quotidien et pour toujours. Petit Pays, c'est aussi une immersion dans cette période incompréhensible du génocide rwandais. Petit Pays, c'est enfin un texte d'une grande beauté. Les lycéens ne s'y sont pas trompés, en attribuant à Gaël Faye (par ailleurs auteur-compositeur de très grand talent) leur Prix Goncourt cette année.

    Petit Pays, Gaël Faye (France-Rwanda). Le livre de poche. 220 pages. 7, 10 €


     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • La chaise numéro 14, Fabienne Juhel

    chaise 14.jpg

    Comme des milliers de femmes, Maria subit en cet été 1945 l'humiliation publique : la tonte de la traîtresse qu'elle est supposée être, pour avoir entretenu une relation  avec un officier allemand. C'était la guerre, à Saint-Brieuc, et ce client régulier de l'auberge de son père est devenu son amant.

    Placée sur une chaise de bistrot -la chaise numéro 14- devant le restaurant familial, en proie aux insultes d'inconnus, mais aussi de ses voisins, de ses anciens camarades de classe et même d'un ancien amoureux dont les motivations sont troubles, elle subit les coups de ciseaux d'un coiffeur réquisitionné pour cette tâche qu'il ne ressent aucun plaisir à accomplir. Un autre dessine une croix gammée sur son crâne devenu chauve. Au sol, ses longs cheveux roux captent la lumière. Dans la foule captive, des soldats américains.

    Maria restera calme. Mais avec patience et obstination, elle fera changer de camp la honte, poursuivra ses agresseurs, démontrera de quel côté se situe l'indignité.

    Un roman historique plein de tension, où l'on rencontre Louis Guilloux en ambassadeur des valeurs humaines.

    La chaise numéro 14, Fabienne Juhel. Babel. 8, 50 € 

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut

    bojangles.jpg

    Pour un petit garçon, quelle fierté d'avoir des parents qui dansent devant les yeux émerveillés de l'assemblée, légers comme la plume, gracieux comme la fantaisie, au son de Mr. Bojangles de Nina Simone. Quel délice d'avoir pour école une maison pleine d'amis, de soirées folles et douces, de nuits sans fin. Une vie sans contrainte, en dehors de tous les codes, avec en seule ligne de mire le plaisir, l'amour familial, la joie, le rire.

    C'est dans ce décor onirique que nous emmène Olivier Bourdeaut, à la suite de ses personnages. La mère de famille, autour de laquelle la désorganisation s'enroule, porte chaque jour de l'année un nom différent, toujours superbe dans ses robes extravagantes. Le père se délecte de la folie si douce de sa femme en tenant le réel à distance, tandis que le petit garçon observe le monde avec des yeux pétillants.

    En attendant Bojangles, c'est un conte. On se berce dans son ambiance vivifiante, dans sa rêverie, accompagnés par la charmante narration du petit garçon. Même quand l'atmosphère, petit à petit, se modifie.

    En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut (France). Folio. 172 pages.

    6, 60 €


     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Peine perdue, Olivier Adam

    peine perdue.jpg

    "Qu'en un lieu, en un jour, un seul fait accompli tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli". Ca, c'était Boileau, et c'était en 1674. Si la règle des trois unités va comme un gant à l'art dramatique, elle ne réussit pas trop mal à la littérature non plus. Olivier Adam a fait ce choix de l'intrigue resserrée dans le temps et dans la géographie. Avec non pas un seul fait, mais un fil rouge reliant les nombreux personnages : la tempête qui vient de provoquer de gros dégâts dans la station balnéaire de la Côte d'Azur sur laquelle s'ouvre le rideau rouge.

    Parce qu'il suffit de peu pour secouer tout un univers. Surtout quand les fondations en sont un peu fragiles. Une mauvaise météo, une mer qui s'agite, un portable qui ne passe plus et ce sont tous les repères qui se déplacent. Le vent forcit, mais Antoine décide d'aller travailler, même si c'est son jour de congé. Il prend de l'avance. Quand il aura son fils, il pourra l'emmener voir les dauphins. Alors repeindre des caravanes le dimanche, ça importe peu. Violemment agressé, il voit ses projets remis en cause. Autour de lui, une ruche s'agite. Des gens qui le connaissent, d'autres non. Avec ces intempéries, Antoine n'est pas le seul à occuper un lit d'hôpital.

    Chacun ici a un rôle : proches, voisins, personnel, simple témoin, touriste, parent inquiet. Certains le jouent dans le film qui entoure Antoine, d'autres sont simplement dans le même lieu, ou encore dans les coulisses, unis dans une même tension dramatique. 

    Peine perdue, Olivier Adam (France). J'ai lu. 409 pages. 7, 50 €

     

    Du même auteur : Les lisières

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel

    meurtre, décor, juge

    Le drame est tout de suite annoncé : Martial Kermeur a précipité le promoteur Antoine Lazenec par dessus bord pendant une partie de pêche. Dans le bureau du juge, jamais il ne niera les faits, pas plus qu'il le les minimisera. Mot à mot, il va les faire venir, pour peut-être enfin parvenir à les expliquer. Le juge, patiemment, demande des explications, perd un peu de vue sa place par moments. D'ailleurs, souvent, il nous la laisse, à nous lecteurs, sa place. Comme lui, nous avons des questions à poser, des éclaircissements à obtenir. Martial Kermeur a tellement à dire.

    Antoine Lazenec, parfait escroc au culot sans borne, est arrivé un jour avec sa belle voiture, et plus rien ne s'est passé normalement dans les parages. Les terrains sont devenus des millions, les investissements le seul avenir. Les gars de l'arsenal, dotés de belles économies après leurs licenciements, des pigeons à ne pas manquer. Les élus locaux, en quête de reconnaissance et d'idées novatrices, des proies faciles. Les places au stade, seulement en tribunes chauffées. Antoine Lazenec, c'était le loup dans la bergerie. 

    Jusqu'où est-il allé ? Suspendus aux lèvres de Martial Kermeur, nous attendons. Le juge aussi. Manipulation, crédulité, machiavélisme sont à l'oeuvre et le suspense à son comble, dans les embruns de la rade saturés d'amertume.

    Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel. Editions de Minuit.

    174 pages. 14, 50 €

     

     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • L'effroi, François Garde

    effroi.png

    Il nous est tous arrivé de rester pantois devant une attitude inattendue, tellement improbable que l'on peut douter un instant de son existence. Pour Sébastien Armant, altiste dans un orchestre, la réaction sera rapide. Lorsque Louis Craon, le chef d'orchestre qui le dirige ce soir-là à l'opéra Garnier, lève le bras dans un salut hitlérien glaçant, le musicien se lève, tourne le dos et quitte la scène. Sous l'oeil des caméras de télévision, le geste inexpliqué du chef et la réaction spontanée de l'altiste vont faire le tour du monde. L'univers des médias, internet, la télévision, tout le monde s'emballe pour cet événement hors-du-commun. Un grand buzz sur fond de peste brune va voir le jour, rendant Sébastien Amant simple spectateur de son acte.

    Tout est passionnant dans ce roman de François Garde, dans sa façon d'analyser les gestes et les réactions. Stupeur devant le geste nazi, mais aussi fascination de la part de nostalgiques du 3ème reich menaçants. Solidarité pour la réaction de Sébastien Armant, mais aussi suspicion, agacement, lassitude, empathie sensible au temps qui passe. Une définition précise, en somme, du mot "effroi", à travers un roman qui hante.

    L'Effroi, François Garde (France). Gallimard. 302 pages

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire