Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature Française

  • En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut

    bojangles.jpg

    Pour un petit garçon, quelle fierté d'avoir des parents qui dansent devant les yeux émerveillés de l'assemblée, légers comme la plume, gracieux comme la fantaisie, au son de Mr. Bojangles de Nina Simone. Quel délice d'avoir pour école une maison pleine d'amis, de soirées folles et douces, de nuits sans fin. Une vie sans contrainte, en dehors de tous les codes, avec en seule ligne de mire le plaisir, l'amour familial, la joie, le rire.

    C'est dans ce décor onirique que nous emmène Olivier Bourdeaut, à la suite de ses personnages. La mère de famille, autour de laquelle la désorganisation s'enroule, porte chaque jour de l'année un nom différent, toujours superbe dans ses robes extravagantes. Le père se délecte de la folie si douce de sa femme en tenant le réel à distance, tandis que le petit garçon observe le monde avec des yeux pétillants.

    En attendant Bojangles, c'est un conte. On se berce dans son ambiance vivifiante, dans sa rêverie, accompagnés par la charmante narration du petit garçon. Même quand l'atmosphère, petit à petit, se modifie.

    En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut (France). Folio. 172 pages.

    6, 60 €


     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Peine perdue, Olivier Adam

    peine perdue.jpg

    "Qu'en un lieu, en un jour, un seul fait accompli tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli". Ca, c'était Boileau, et c'était en 1674. Si la règle des trois unités va comme un gant à l'art dramatique, elle ne réussit pas trop mal à la littérature non plus. Olivier Adam a fait ce choix de l'intrigue resserrée dans le temps et dans la géographie. Avec non pas un seul fait, mais un fil rouge reliant les nombreux personnages : la tempête qui vient de provoquer de gros dégâts dans la station balnéaire de la Côte d'Azur sur laquelle s'ouvre le rideau rouge.

    Parce qu'il suffit de peu pour secouer tout un univers. Surtout quand les fondations en sont un peu fragiles. Une mauvaise météo, une mer qui s'agite, un portable qui ne passe plus et ce sont tous les repères qui se déplacent. Le vent forcit, mais Antoine décide d'aller travailler, même si c'est son jour de congé. Il prend de l'avance. Quand il aura son fils, il pourra l'emmener voir les dauphins. Alors repeindre des caravanes le dimanche, ça importe peu. Violemment agressé, il voit ses projets remis en cause. Autour de lui, une ruche s'agite. Des gens qui le connaissent, d'autres non. Avec ces intempéries, Antoine n'est pas le seul à occuper un lit d'hôpital.

    Chacun ici a un rôle : proches, voisins, personnel, simple témoin, touriste, parent inquiet. Certains le jouent dans le film qui entoure Antoine, d'autres sont simplement dans le même lieu, ou encore dans les coulisses, unis dans une même tension dramatique. 

    Peine perdue, Olivier Adam (France). J'ai lu. 409 pages. 7, 50 €

     

    Du même auteur : Les lisières

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel

    meurtre, décor, juge

    Le drame est tout de suite annoncé : Martial Kermeur a précipité le promoteur Antoine Lazenec par dessus bord pendant une partie de pêche. Dans le bureau du juge, jamais il ne niera les faits, pas plus qu'il le les minimisera. Mot à mot, il va les faire venir, pour peut-être enfin parvenir à les expliquer. Le juge, patiemment, demande des explications, perd un peu de vue sa place par moments. D'ailleurs, souvent, il nous la laisse, à nous lecteurs, sa place. Comme lui, nous avons des questions à poser, des éclaircissements à obtenir. Martial Kermeur a tellement à dire.

    Antoine Lazenec, parfait escroc au culot sans borne, est arrivé un jour avec sa belle voiture, et plus rien ne s'est passé normalement dans les parages. Les terrains sont devenus des millions, les investissements le seul avenir. Les gars de l'arsenal, dotés de belles économies après leurs licenciements, des pigeons à ne pas manquer. Les élus locaux, en quête de reconnaissance et d'idées novatrices, des proies faciles. Les places au stade, seulement en tribunes chauffées. Antoine Lazenec, c'était le loup dans la bergerie. 

    Jusqu'où est-il allé ? Suspendus aux lèvres de Martial Kermeur, nous attendons. Le juge aussi. Manipulation, crédulité, machiavélisme sont à l'oeuvre et le suspense à son comble, dans les embruns de la rade saturés d'amertume.

    Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel. Editions de Minuit.

    174 pages. 14, 50 €

     

     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • L'effroi, François Garde

    effroi.png

    Il nous est tous arrivé de rester pantois devant une attitude inattendue, tellement improbable que l'on peut douter un instant de son existence. Pour Sébastien Armant, altiste dans un orchestre, la réaction sera rapide. Lorsque Louis Craon, le chef d'orchestre qui le dirige ce soir-là à l'opéra Garnier, lève le bras dans un salut hitlérien glaçant, le musicien se lève, tourne le dos et quitte la scène. Sous l'oeil des caméras de télévision, le geste inexpliqué du chef et la réaction spontanée de l'altiste vont faire le tour du monde. L'univers des médias, internet, la télévision, tout le monde s'emballe pour cet événement hors-du-commun. Un grand buzz sur fond de peste brune va voir le jour, rendant Sébastien Amant simple spectateur de son acte.

    Tout est passionnant dans ce roman de François Garde, dans sa façon d'analyser les gestes et les réactions. Stupeur devant le geste nazi, mais aussi fascination de la part de nostalgiques du 3ème reich menaçants. Solidarité pour la réaction de Sébastien Armant, mais aussi suspicion, agacement, lassitude, empathie sensible au temps qui passe. Une définition précise, en somme, du mot "effroi", à travers un roman qui hante.

    L'Effroi, François Garde (France). Gallimard. 302 pages

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • La nuit des trente, Eric Metzger

    nuit des trente.jpgL'air de rien, c'est peut-être bien un des paliers les plus délicats à négocier : 30 ans. La fin d'une époque, le début d'une autre. Et l'impression, au passage, de perdre plus que de gagner. C'est ce que vit Félix, en cette nuit où il a décidé de ne pas fêter son anniversaire, en tous cas de ne pas en avertir quiconque autour de lui. Une sortie entre collègues fera bien l'affaire, ce n'était pas vraiment prévu mais allons donc. De bar en bar, dans un Paris de plus en plus éthylique, Félix hésite entre l'avenir et le passé, toute la soirée. Il enfourche son scooter dans l'espoir de trouver un truc qu'il cherche mais sans l'identifier, ou d'échapper à un souvenir qui reste, qui colle, qui englue. Il drague, il fanfaronne, séduit, disparaît, calcule, boit, élabore des stratégies, court, abandonne son véhicule, hésite, répond, la rejoint.

    Un condensé nocturne d'expériences humaines : voilà ce que vit Félix en cette nuit de tourbillon, pétrifié sans doute, par la peur de ressentir moins en vieillissant.

    Une lecture en un souffle, dans un road-movie parisien aussi vivant qu'étonnant, qui incarne les incontournables crises personnelles, les introspections douloureuses et angoissantes, qu'elles soient de la trentaine ou non.

    La nuit des trente, Eric Metzger. Folio. 120 pages. 5, 40 €

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Des poings dans le ventre, Benjamin Desmares

     

    Poings dans le ventre.jpg

    Il erre dans les rues, en mode guetteur. A l'affût de la moindre castagne, il se drogue à l'envie de frapper, de faire peur. Toujours sur le qui-vive, que ce soit pour trouver ses victimes ou pour échapper à la vigilance de sa mère, s'échapper de l'appartement quand elle l'attend dans la cuisine avec l'espoir toujours vain de communiquer. Sur la volonté, la maîtrise de la situation, en toutes circonstances. Pour lui, frapper, c'est vivre. Tenir debout. Etre le plus fort. Dominer de toutes ses forces l'envie d'être aimé à un âge, l'adolescence, où cette aspiration dépasse souvent toutes les autres.

    On est dans sa peau, à ce narrateur. Surtout qu'il nous embarque, s'adresse à nous en se parlant à lui. Evite le « je », comme pour esquiver toute possibilité d'introspection, d'explication de la violence gratuite. Peut-être aussi pour observer, de loin, le personnage terrible qu'il incarne.

    Roman noir en mouvement perpétuel à travers les rues d'une adolescence tourmentée, Des poings dans le ventre, de Benjamin Desmares, s'inscrit aussi dans la lignée du roman initiatique, dans lesquels les rencontres ne sont pas plus fortuites que sans conséquence. Une lecture rapide, qui coupe le souffle, comme le ferait un poing dans le ventre.

    Des poings dans le ventre, Benjamin Desmares.

    Edition du Rouergue. 78 pages. 8, 70 €

    A découvrir aussi, du même auteur : Cornichon Jim, Une histoire de sable.

     

    Catégories : Littérature Française, Littérature jeunesse, Roman noir 0 commentaire
  • Désorientale, Négar Djavadi

    Négar Djavadi.jpg

    Il y a le génie de ce titre, ce mot-valise qui résume vraiment parfaitement l'ambiance du roman, une trouvaille sémantique qui synthétise une histoire. L'histoire, c'est celle de Kimiâ. On fait connaissance avec la jeune femme dans la salle d'attente d'un hôpital parisien, où elle attend son tour pour une insémination. Dans cette salle à l'ambiance gênée, les pensées de Kimiâ remontent le fil de son existence, de Téhéran où elle est née, à Paris où elle vit. Entre les deux endroits, un parcours sinueux : la vie d'une famille d'opposants politiques aux régimes du Shah puis de Khomeiny, le deuil d'un pays, d'une culture étouffée par la dictature, l'exil à travers les montagnes, les menaces, l'adaptation à un nouveau pays, la quête d'identité, la terreur persistante, même longtemps après.

    Négar Djavadi économise ses phrases, sait toujours comment écrire pour aller droit au but, sans jamais rien ôter de la richesse des échanges entre les personnages. Le parcours de Kimiâ s'inscrit dans la géopolitique mondiale, comme dans l'intimité la plus ténue. Entre le très grand et le très petit. Désorientale, c'est un roman tout en finesse, qui évoque bien sûr le Persepolis de Marjane Satrapi.

    Désorientale, Négar Djavadi (France). 350 pages. Editions Liana Levi.22 €

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire