Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enquête

  • Juste avant l'oubli, Alice Zeniter

    juste oubli zeniter.jpg

    Dès qu'il est question d'île et de huis-clos, on ne peut s'empêcher de penser à Agatha Christie. Une île, des êtres humains regroupés dans un endroit exigu et hostile, autant de possibilités de scénarios angoissants. Mais ce n'est pas cette angoisse là que choisit Alice Zeniter en situant son roman à Mirhalay, île des Hébrides dont la sauvagerie n'a d'égale que la rudesse du climat et l'éloignement du continent. C'est autre chose, de plus subtil. Car Alice Zeniter, comme dans Jusque dans nos bras ou Sombre dimanche, décortique les relations humaines.

    Alors qui sont-ils, nos humains à observer, cette fois-ci ? Il y a Emilie, universitaire passionnée de Galwin Donnell, un romancier, auteur de polar, disparu mystérieusement sur l'île de Mirhalay des années auparavant alors qu'il y vivait en quasi-ermite. En charge de l'organisation d'un séminaire sur l'auteur, elle goûte sur place à l'ambiance de cette île où a vécu l'auteur qu'elle admire plus que tout. Il y a son  compagnon, Franck, qui essaie modestement de se montrer à la hauteur des relations hautement cultivées d'Emilie. Test éprouvant pour la solidité de son couple. Il y a le bal des universitaires avec leur hiérarchie plutôt obscure quand on ne fait pas partie du cercle. Il y a le gardien de l'île, qui a connu Donnell, et qui peine à dissimuler sa détestation pour tous ces pèlerins au vocabulaire enlevé. Et puis il y a les falaises, le vent, la pluie, l'écume, la solitude.

    A situation exceptionnelle, relations exceptionnelles. Nous ne sommes pas dans du Agatha Christie, mais le polar est présent dans les références au début, et dans l'intrigue à la fin. Mais la principale victime dans cette enquête-là est le lien entre Emilie et Franck.

    Juste avant l'oubli est un roman qui joue avec les codes, les références littéraires. Il crée habilement des attentes, pour mieux nous surprendre, dans un cadre qui laisse la place à toutes les fantasmagories.

    Juste avant l'oubli, Alice Zeniter (France). J'ai lu. 283 pages. 7, 10€

     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • La petite femelle, Philippe Jaenada

    La petite femelle.jpgPhilippe Jaenada pousse à la transgression. C'est comme ça, ça se voit tout de suite. Dans son style, où il se permet, de manière désormais légendaire et éhontée, d'aligner les parenthèses et les digressions, d'évoquer ses propres acouphènes alors qu'il a tacitement promis au lecteur de lui dresser le portrait d'une autre personne que lui, dans ses choix de défendre par la littérature des êtres conspués en leur temps par la société, et finalement parce que c'est le seul auteur dont je chronique les livres bien avant qu'ils ne sortent en poche, allant ainsi à l'encontre du contrat que je passe moi-même sur ce blog. Ca m'avait déjà fait le coup avec Sulak, voilà que je retombe dans le panneau avec La petite femelle. Parce que voilà, impossible d'attendre. Depuis le Chameau sauvage, quand Jaenada sort un roman, c'est un rendez-vous incontournable, et qui ne tolère pas la patience. L'envie de partager titille trop. Partager les ascenseurs émotionnels vertigineux de ses premiers romans, les découvertes issues d'un travail de fourmi sur des personnages réels dans les deux derniers, et les moments tellement romanesques qu'ils paraissent inventés alors qu'en fait, non, pas du tout, comme dans Plage de Manaccora.

    Bien sûr, depuis Sulak, les choses sont devenues plus sérieuses. Ici, en compagnie de Pauline Dubuisson, on ne rigole pas à toutes les pages. On devient même parfois expert en stratégie militaire, et historien avisé. Je ne sais pas si Philippe Jaenada a écrit ce livre de façon linéaire, mais c'est l'impression que cela donne. On ressent presque l'humeur du jour dans chaque volée de pages écrite à la suite. Le fil de l'histoire de Pauline se dessine, et l'on voit son biographe au travail, on sait où est posée la bouteille de whisky (Oban) dans la pièce, que les volets sont clos, et que le mot "saucisse" apparaitra forcément. Deux biographies en une, c'est une affaire.

    Bon alors, et Pauline dans tout ça ? Elle a 12 ans en 1939 lorsque la guerre éclate, et vit dans les environs de Dunkerque, dans une famille bourgeoise très peu réjouissante. Elevée comme une arme de destruction massive par un père obsédé par l'idée de dominer dans cette jungle sans nom qu'est la vie, elle est une tête bien faite et une tête pensante. Plus que brillante dans les études, Pauline a soif d'apprendre, de connaître, de savoir. Quand elle s'éveille à la sensualité, les hommes qu'elle a sous les yeux sont Allemands.

    On devine la suite, faite d'humiliations et de tontes de cheveux. Et puis le temps passera, il y aura Félix, des demandes en mariages, des jeux de chat et de souris, des je te tourne autour mais non, des je t'aime si tu me quittes, des je te quitte si tu m'aimes. Et un jour le drame. Et il y aura mort d'homme.

    C'est un procès entièrement à charge que subira Pauline Dubuisson. Celui de la bien-pensance de la société d'abord, d'une enquête policière qui ne retiendra que les éléments compromettants pour effacer les autres ensuite. Alors que la plume de Philippe Jaenada, s'appuyant sur les véritables éléments de l'enquête, parvient à mettre en évidence les nombreuses incohérences qui condamnèrent Pauline. La plume facétieuse de notre ami Philippe se fait compatissante, justicière et dérangeante. Et puisqu'il transgresse, qu'il ose tout, ses comparaisons entre l'affaire et sa vie quotidienne, et au-delà la nôtre, rendent plus vivante encore cette affaire qui aurait pu tomber dans l'oubli. Evidemment, il faudra  tempérer mon point de vue de fan inconditionnelle de Jaenada, mais selon moi, La petite femelle est LA lecture incontournable de l'année à venir !

    La petite femelle, Philippe Jaeanada (France). Julliard. 706 pages. 23 €. 

    A découvrir aussi sur ce blog : Sulak, le braqueur pacifiste dont la société a eu la peau.

    Plage de Manaccora, 16 h 30, ou la tension dramatique portée à son summum en plein été italien.

    Bienvenue en Transylvanie, neuf histoires de vampires, dont une nouvelle de Philippe Jaenada : Bogdana

    Un entretien avec l'auteur, concernant l'écriture de ce recueil de nouvelles : Entretien avec un vampire.

     

    Catégories : Littérature Française 4 commentaires
  • Cornichon Jim, Benjamin Desmares

     

    enquête,jeunesse

    Cornichon Jim a vraiment la patate. Cornichon Jim a parfois des émotions fortes et contrastées. Cornichon Jim surnage dans une enquête à tiroirs, alors que ce qu'il aimerait peut-être bien, au fond de son coeur de détective de 10 ans, c'est passer du temps avec Clémence, mais ça, il faut pas le dire. Cornichon Jim farfouille dans les affaires de la directrice de son école, les vieilleries de son grand-père qui perd un peu la boule, déchiffre les attitudes du bibliothécaire barbu, apprend à apprivoiser un policier chauve mais sympa, échappe à sa mère qui a plusieurs casseroles sur le feu. Bref, la vie de Victor Fauchoins -alias Cornichon Jim- c'est pas du tout cuit.

    Car voilà, tout le monde n'a pas une vie toute tracée d'avance. Et surtout pas Victor. Le jour où le prétendu fin limier, joueur de billes renommé à ses heures, se voit obligé d'accepter un client mystérieux, c'est la loi des séries qui commence, la boîte de Pandore qui s'emballe. Le détective (un peu) malgré lui n'a plus qu'à accepter son destin. Il lui faudra pour cela défier les coups du sort et autres tentatives de kidnapping. Cornichon Jim aurait-il fourré son nez dans des affaires qui dérangent ?

    En voilà un roman plein de fraîcheur ! Cornichon Jim a beau être publié par les éditions du Rouergue en collection jeunesse, il fera du bien aussi à tous les adultes qui peinent à retrouver des sensations et des sentiments d'enfance.

    A lire à partir de 10 ans, et sans aucune limite d'âge !

    Cornichon Jim, Benjamin Desmares (France). Editions Rouergue, collection Dacodac. 320 pages. 14, 50 €

    Catégories : Littérature Française, Littérature jeunesse 0 commentaire
  • Le dernier Lapon, Olivier Truc

    51-IIyNtunL._.jpgVous ne connaissez rien sur la vie des Sami, ce peuple d'éleveurs qui vivent sur un territoire couvrant une partie de la Suède, de la Finlande, de la Norvège et de la Russie ? Et bien, dans ces pays-là, non plus, on n'y connaît pas grand chose. De Stockholm à Kiruna ou Kautokeino, la distance est certes géographique, mais également culturelle. En Laponie, il existe même une police des rennes, dont la fonction est d'apaiser les conflits entre éleveurs : mélanges dans les troupeaux, vols de bêtes. Beaucoup plus rarement pour enquêter sur des homicides.

    Nina, fraîchement débarquée de Stockholm, officie dans la toundra avec Klemet, l'enfant du pays. Elle a tout à découvrir, des codes à essayer de comprendre, des preuves à faire. Les codes, Klemet les a. Avant lui, dans sa famille, on était éleveur. Même s'il a dressé une tente Sami dans son jardin, il a pris ses distances avec cette culture... Il a le coeur entre deux identités (ce qu'on ne manque pas de lui faire remarquer), et un passé qu'on devine un peu lourd à porter. 

    Quand à quelques jours d'intervalle, un tambour sami très rare est volé de l'exposition qui l'abrite, puis un éleveur solitaire retrouvé assassiné et les oreilles découpées, c'est évidemment le choc. Sur fond d'incompréhensions culturelles, de revendications d'autonomie et de manipulations politiques d'extrême-droite, les esprits s'échauffent rapidement. Mais comment ne pas faire le lien entre les deux affaires ? Non seulement le cadavre est mutilé, mais habituellement, en Laponie, quand on coupe des oreilles, ce sont celles des rennes, et dans certaines circonstances bien précises...

    Olivier Truc signe une enquête haletante, avec des ramifications sophistiquées. Mais on lit aussi entre les lignes le désarroi d'un peuple opprimé et victime du rouleau-compresseur de la modernité et des frontières ; le portrait d'une société puritaine ; la question sous-jacente des ressources minières dans des territoires sauvages et préservés. Multinationales contre éleveurs, passé contre avenir, culture autochtone contre culture dominante. Le tout dans une porosité constante, de nouvelles données à construire.

    Une enquête dépaysante, passionnante et édifiante.

    Le dernier Lapon, Olivier Truc (France / Suède). Points. 570 p. 8, 20 €.


    Trailer Le Dernier Lapon par Editions_Metailie

    A lire également, un entretien avec Olivier Truc, sur les ponts entre journalisme et polar.

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire