Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

meurtre

  • Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel

    meurtre, décor, juge

    Le drame est tout de suite annoncé : Martial Kermeur a précipité le promoteur Antoine Lazenec par dessus bord pendant une partie de pêche. Dans le bureau du juge, jamais il ne niera les faits, pas plus qu'il le les minimisera. Mot à mot, il va les faire venir, pour peut-être enfin parvenir à les expliquer. Le juge, patiemment, demande des explications, perd un peu de vue sa place par moments. D'ailleurs, souvent, il nous la laisse, à nous lecteurs, sa place. Comme lui, nous avons des questions à poser, des éclaircissements à obtenir. Martial Kermeur a tellement à dire.

    Antoine Lazenec, parfait escroc au culot sans borne, est arrivé un jour avec sa belle voiture, et plus rien ne s'est passé normalement dans les parages. Les terrains sont devenus des millions, les investissements le seul avenir. Les gars de l'arsenal, dotés de belles économies après leurs licenciements, des pigeons à ne pas manquer. Les élus locaux, en quête de reconnaissance et d'idées novatrices, des proies faciles. Les places au stade, seulement en tribunes chauffées. Antoine Lazenec, c'était le loup dans la bergerie. 

    Jusqu'où est-il allé ? Suspendus aux lèvres de Martial Kermeur, nous attendons. Le juge aussi. Manipulation, crédulité, machiavélisme sont à l'oeuvre et le suspense à son comble, dans les embruns de la rade saturés d'amertume.

    Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel. Editions de Minuit.

    174 pages. 14, 50 €

     

     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Auprès de l'assassin, Louis Sanders

    sanders.jpgMark et Jenny sont britanniques. Charmés par la Dordogne, ils décident de venir y tenter leur chance, et pour cela, de changer de vie. Maison vendue outre-Manche, enfant inscrit à l'école du village périgourdin, ils achètent une vieille demeure au bord de la rivière. L'idée, c'est de la rénover et de créer des gîtes. Mais entre la carte postale des jours de soleil et la réalité du quotidien, le fossé est plus large que la rivière qui serpente au fond du jardin.

    Au delà d'un nouveau départ à l'étranger, les citadins doivent s'adapter à la vie rurale, aux rideaux qui se soulèvent discrètement à leur passage, aux codes sans mode d'emploi, à la communication non verbale. Ils fournissent pour cela bon nombre d'efforts. Pourtant, le jour où la vieille voisine est retrouvée morte dans la rivière, tout va changer pour eux, et leur volonté d'intégration va voler en éclats.

    Satire sociale et roman noir, Auprès de l'assassin dégage une ambiance brumeuse et inquiétante.

    Auprès de l'assassin, Louis Sanders (Grande-Bretagne / France). Rivages. 174 pages. 7,50 €

    Catégories : Littérature Britannique, Roman noir 0 commentaire
  • La petite femelle, Philippe Jaenada

    La petite femelle.jpgPhilippe Jaenada pousse à la transgression. C'est comme ça, ça se voit tout de suite. Dans son style, où il se permet, de manière désormais légendaire et éhontée, d'aligner les parenthèses et les digressions, d'évoquer ses propres acouphènes alors qu'il a tacitement promis au lecteur de lui dresser le portrait d'une autre personne que lui, dans ses choix de défendre par la littérature des êtres conspués en leur temps par la société, et finalement parce que c'est le seul auteur dont je chronique les livres bien avant qu'ils ne sortent en poche, allant ainsi à l'encontre du contrat que je passe moi-même sur ce blog. Ca m'avait déjà fait le coup avec Sulak, voilà que je retombe dans le panneau avec La petite femelle. Parce que voilà, impossible d'attendre. Depuis le Chameau sauvage, quand Jaenada sort un roman, c'est un rendez-vous incontournable, et qui ne tolère pas la patience. L'envie de partager titille trop. Partager les ascenseurs émotionnels vertigineux de ses premiers romans, les découvertes issues d'un travail de fourmi sur des personnages réels dans les deux derniers, et les moments tellement romanesques qu'ils paraissent inventés alors qu'en fait, non, pas du tout, comme dans Plage de Manaccora.

    Bien sûr, depuis Sulak, les choses sont devenues plus sérieuses. Ici, en compagnie de Pauline Dubuisson, on ne rigole pas à toutes les pages. On devient même parfois expert en stratégie militaire, et historien avisé. Je ne sais pas si Philippe Jaenada a écrit ce livre de façon linéaire, mais c'est l'impression que cela donne. On ressent presque l'humeur du jour dans chaque volée de pages écrite à la suite. Le fil de l'histoire de Pauline se dessine, et l'on voit son biographe au travail, on sait où est posée la bouteille de whisky (Oban) dans la pièce, que les volets sont clos, et que le mot "saucisse" apparaitra forcément. Deux biographies en une, c'est une affaire.

    Bon alors, et Pauline dans tout ça ? Elle a 12 ans en 1939 lorsque la guerre éclate, et vit dans les environs de Dunkerque, dans une famille bourgeoise très peu réjouissante. Elevée comme une arme de destruction massive par un père obsédé par l'idée de dominer dans cette jungle sans nom qu'est la vie, elle est une tête bien faite et une tête pensante. Plus que brillante dans les études, Pauline a soif d'apprendre, de connaître, de savoir. Quand elle s'éveille à la sensualité, les hommes qu'elle a sous les yeux sont Allemands.

    On devine la suite, faite d'humiliations et de tontes de cheveux. Et puis le temps passera, il y aura Félix, des demandes en mariages, des jeux de chat et de souris, des je te tourne autour mais non, des je t'aime si tu me quittes, des je te quitte si tu m'aimes. Et un jour le drame. Et il y aura mort d'homme.

    C'est un procès entièrement à charge que subira Pauline Dubuisson. Celui de la bien-pensance de la société d'abord, d'une enquête policière qui ne retiendra que les éléments compromettants pour effacer les autres ensuite. Alors que la plume de Philippe Jaenada, s'appuyant sur les véritables éléments de l'enquête, parvient à mettre en évidence les nombreuses incohérences qui condamnèrent Pauline. La plume facétieuse de notre ami Philippe se fait compatissante, justicière et dérangeante. Et puisqu'il transgresse, qu'il ose tout, ses comparaisons entre l'affaire et sa vie quotidienne, et au-delà la nôtre, rendent plus vivante encore cette affaire qui aurait pu tomber dans l'oubli. Evidemment, il faudra  tempérer mon point de vue de fan inconditionnelle de Jaenada, mais selon moi, La petite femelle est LA lecture incontournable de l'année à venir !

    La petite femelle, Philippe Jaeanada (France). Julliard. 706 pages. 23 €. 

    A découvrir aussi sur ce blog : Sulak, le braqueur pacifiste dont la société a eu la peau.

    Plage de Manaccora, 16 h 30, ou la tension dramatique portée à son summum en plein été italien.

    Bienvenue en Transylvanie, neuf histoires de vampires, dont une nouvelle de Philippe Jaenada : Bogdana

    Un entretien avec l'auteur, concernant l'écriture de ce recueil de nouvelles : Entretien avec un vampire.

     

    Catégories : Littérature Française 4 commentaires
  • Les oreilles de Buster, Maria Ernestam

    51-eZvafxpL._.jpg

    Pour ses cinquante-six ans, Eva a reçu un cadeau gentil, joli, attentionné, de la part de sa petite fille : un carnet pour tenir son journal intime. Drôle d'idée se dit-elle. Et puis petit à petit, comme si les pages vierges l'appelaient, elle va griffonner quelques mots. Jusqu'au moment où ce carnet, devenu réceptacle de secrets trop bien gardés, va manquer de pages devant la nécessité de la confession. Car Eva le dit dès les premières lignes : à 7 ans, elle a décidé de tuer sa mère. A 17, elle est passée à l'acte. Et à part le singulier Buster, jusqu'à ce fameux carnet, elle n'a eu personne à qui raconter son étrange destinée. Même Sven, l'homme aux contours un peu mystérieux qui partage sa vie, n'est au courant de rien...

    On n'est donc pas ici du tout dans le polar ou le thriller. Car le propos d'Eva, avec quarante ans de recul, c'est de poser un contexte, d'expliquer le processus. Eva est une femme ouverte, serviable, à l'écoute de ses proches, de ses voisins. Elle fut une enfant attachante. Elle n'a rien d'un monstre. Mais une connexion ne s'est pas faite entre sa mère, humiliante, égoïste et fantasque, et elle. Puis les événements s'enchaînent. Sans surprise pour nous, lecteurs, tenus d'emblée au courant du drame central. Mais dans la tension, l'attente du point de non-retour, dans le comportement de la mère tout autant que dans le geste de la fille.

    Les oreilles de Buster, Maria Ernestam (Suède). Actes Sud. 448 pages.

    9, 80 €

    Vous aimerez peut-être aussi : La tour d'arsenic, de Ann B. Radge ou Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de Vigan

     

    Catégories : Livre 2 commentaires