Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fais-moi les poches !

  • La vie en sourdine, David Lodge

    vie en sourdine.jpgChaque âge a donc ses crises. Alors que j'évoquais récemment la crise de la trentaine, parlons aujourd'hui de son double : la crise de la soixantaine, objectivement plus compliquée. Car elle se révèle moins autocentrée, le ou la sexagénaire se retrouvant souvent au carrefour des générations : des enfants grands, certes, mais parfois pas hostiles à un petit coup de main, des petits enfants qu'il faut regarder grandir,  des parents âgés qu'il faut accompagner, un couple dans lequel il faut continuer d'entretenir la flamme.

    Pour Desmond, voilà, on y est. Il cumule plus ou moins toutes ces responsabilités. Heureusement pour lui, il est jeune retraité, mais il ajoute un niveau de difficulté dans son jeu par sa surdité. Un handicap qu'il doit compenser grâce à un appareillage efficace mais contraignant, remisant de toute manière toute velléité de conversation en groupe dans les voeux pieux. Il passe parfois pour un rustre, répond souvent à côté de la plaque, sourit poliment : sa vie est en sourdine. Marié à une femme plus jeune et friande de relations sociales, Desmond fait de son mieux, mais la solitude, ah la solitude, que ça lui fait du bien !

    En prise avec une étudiante américaine qui veut lui faire reprendre du service comme directeur de thèse, notre linguiste retraité doit aussi trouver des solutions pour son père vieillissant. Les événements se bousculent, et au milieu, une parenthèse étrange survient lors d'un voyage en Pologne.

    Humour, auto-dérision et gravité à parts égales dans ce roman de David Lodge, où petits défauts humains et grandes questions existentielles se côtoient sans complexe.

    La vie en sourdine, David Lodge (Grande-Bretagne)

    Rivages. 461 pages. 9, 50 €

    Catégories : Littérature Britannique 0 commentaire
  • La nuit des trente, Eric Metzger

    nuit des trente.jpgL'air de rien, c'est peut-être bien un des paliers les plus délicats à négocier : 30 ans. La fin d'une époque, le début d'une autre. Et l'impression, au passage, de perdre plus que de gagner. C'est ce que vit Félix, en cette nuit où il a décidé de ne pas fêter son anniversaire, en tous cas de ne pas en avertir quiconque autour de lui. Une sortie entre collègues fera bien l'affaire, ce n'était pas vraiment prévu mais allons donc. De bar en bar, dans un Paris de plus en plus éthylique, Félix hésite entre l'avenir et le passé, toute la soirée. Il enfourche son scooter dans l'espoir de trouver un truc qu'il cherche mais sans l'identifier, ou d'échapper à un souvenir qui reste, qui colle, qui englue. Il drague, il fanfaronne, séduit, disparaît, calcule, boit, élabore des stratégies, court, abandonne son véhicule, hésite, répond, la rejoint.

    Un condensé nocturne d'expériences humaines : voilà ce que vit Félix en cette nuit de tourbillon, pétrifié sans doute, par la peur de ressentir moins en vieillissant.

    Une lecture en un souffle, dans un road-movie parisien aussi vivant qu'étonnant, qui incarne les incontournables crises personnelles, les introspections douloureuses et angoissantes, qu'elles soient de la trentaine ou non.

    La nuit des trente, Eric Metzger. Folio. 120 pages. 5, 40 €

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Des poings dans le ventre, Benjamin Desmares

     

    Poings dans le ventre.jpg

    Il erre dans les rues, en mode guetteur. A l'affût de la moindre castagne, il se drogue à l'envie de frapper, de faire peur. Toujours sur le qui-vive, que ce soit pour trouver ses victimes ou pour échapper à la vigilance de sa mère, s'échapper de l'appartement quand elle l'attend dans la cuisine avec l'espoir toujours vain de communiquer. Sur la volonté, la maîtrise de la situation, en toutes circonstances. Pour lui, frapper, c'est vivre. Tenir debout. Etre le plus fort. Dominer de toutes ses forces l'envie d'être aimé à un âge, l'adolescence, où cette aspiration dépasse souvent toutes les autres.

    On est dans sa peau, à ce narrateur. Surtout qu'il nous embarque, s'adresse à nous en se parlant à lui. Evite le « je », comme pour esquiver toute possibilité d'introspection, d'explication de la violence gratuite. Peut-être aussi pour observer, de loin, le personnage terrible qu'il incarne.

    Roman noir en mouvement perpétuel à travers les rues d'une adolescence tourmentée, Des poings dans le ventre, de Benjamin Desmares, s'inscrit aussi dans la lignée du roman initiatique, dans lesquels les rencontres ne sont pas plus fortuites que sans conséquence. Une lecture rapide, qui coupe le souffle, comme le ferait un poing dans le ventre.

    Des poings dans le ventre, Benjamin Desmares.

    Edition du Rouergue. 78 pages. 8, 70 €

    A découvrir aussi, du même auteur : Cornichon Jim, Une histoire de sable.

     

    Catégories : Littérature Française, Littérature jeunesse, Roman noir 0 commentaire
  • Désorientale, Négar Djavadi

    Négar Djavadi.jpg

    Il y a le génie de ce titre, ce mot-valise qui résume vraiment parfaitement l'ambiance du roman, une trouvaille sémantique qui synthétise une histoire. L'histoire, c'est celle de Kimiâ. On fait connaissance avec la jeune femme dans la salle d'attente d'un hôpital parisien, où elle attend son tour pour une insémination. Dans cette salle à l'ambiance gênée, les pensées de Kimiâ remontent le fil de son existence, de Téhéran où elle est née, à Paris où elle vit. Entre les deux endroits, un parcours sinueux : la vie d'une famille d'opposants politiques aux régimes du Shah puis de Khomeiny, le deuil d'un pays, d'une culture étouffée par la dictature, l'exil à travers les montagnes, les menaces, l'adaptation à un nouveau pays, la quête d'identité, la terreur persistante, même longtemps après.

    Négar Djavadi économise ses phrases, sait toujours comment écrire pour aller droit au but, sans jamais rien ôter de la richesse des échanges entre les personnages. Le parcours de Kimiâ s'inscrit dans la géopolitique mondiale, comme dans l'intimité la plus ténue. Entre le très grand et le très petit. Désorientale, c'est un roman tout en finesse, qui évoque bien sûr le Persepolis de Marjane Satrapi.

    Désorientale, Négar Djavadi (France). 350 pages. Editions Liana Levi.22 €

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Juste avant l'oubli, Alice Zeniter

    juste oubli zeniter.jpg

    Dès qu'il est question d'île et de huis-clos, on ne peut s'empêcher de penser à Agatha Christie. Une île, des êtres humains regroupés dans un endroit exigu et hostile, autant de possibilités de scénarios angoissants. Mais ce n'est pas cette angoisse là que choisit Alice Zeniter en situant son roman à Mirhalay, île des Hébrides dont la sauvagerie n'a d'égale que la rudesse du climat et l'éloignement du continent. C'est autre chose, de plus subtil. Car Alice Zeniter, comme dans Jusque dans nos bras ou Sombre dimanche, décortique les relations humaines.

    Alors qui sont-ils, nos humains à observer, cette fois-ci ? Il y a Emilie, universitaire passionnée de Galwin Donnell, un romancier, auteur de polar, disparu mystérieusement sur l'île de Mirhalay des années auparavant alors qu'il y vivait en quasi-ermite. En charge de l'organisation d'un séminaire sur l'auteur, elle goûte sur place à l'ambiance de cette île où a vécu l'auteur qu'elle admire plus que tout. Il y a son  compagnon, Franck, qui essaie modestement de se montrer à la hauteur des relations hautement cultivées d'Emilie. Test éprouvant pour la solidité de son couple. Il y a le bal des universitaires avec leur hiérarchie plutôt obscure quand on ne fait pas partie du cercle. Il y a le gardien de l'île, qui a connu Donnell, et qui peine à dissimuler sa détestation pour tous ces pèlerins au vocabulaire enlevé. Et puis il y a les falaises, le vent, la pluie, l'écume, la solitude.

    A situation exceptionnelle, relations exceptionnelles. Nous ne sommes pas dans du Agatha Christie, mais le polar est présent dans les références au début, et dans l'intrigue à la fin. Mais la principale victime dans cette enquête-là est le lien entre Emilie et Franck.

    Juste avant l'oubli est un roman qui joue avec les codes, les références littéraires. Il crée habilement des attentes, pour mieux nous surprendre, dans un cadre qui laisse la place à toutes les fantasmagories.

    Juste avant l'oubli, Alice Zeniter (France). J'ai lu. 283 pages. 7, 10€

     

    Catégories : Littérature Française 0 commentaire
  • Les gens dans l'enveloppe, Isabelle Monnin avec Alex Beaupain

    gens enveloppe.jpg

    C'est plus qu'un roman. D'abord la re-création d'une réalité à partir de photos de familles datant des années 70, achetées par lot sur internet par Isabelle Monnin, au gré du hasard. Une histoire qui se tricote à partir des regards sur les photos, de la couleur du papier peint, des absents, des récurrences. C'est ensuite une enquête, menée après l'écriture de la première partie, pour découvrir la véritable identité des "gens dans l'enveloppe". Une enquête, qui, à la grande surprise d'Isabelle Monnin elle-même, se révèle fructueuse très rapidement. Ses personnages de papier prennent une véritable identité. Elle les rencontre et confronte son histoire la réalité de cette famille. Les coïncidences sont parfois troublantes, les intuitions assez bien senties. Et la situation s'avère particulière, puisque l'enquête d'Isabelle Monnin la plonge dans l'intimité d'une famille qui lui est complètement inconnue. Une famille qui, à aucun moment, ne songe à lui fermer la porte. Ce sont enfin ces photos, présentes au centre de l'objet-livre, mystérieuses et familières.

    Et puis Alex Beaupain, compositeur-interprète de grand talent et ami de l'auteure, a parachevé le projet par un album musical (téléchargeable gratuitement à l'achat du livre), inspiré du texte fictif, comme de la véritable histoire de la famille. Sur cet album, les véritables protagonistes prennent le micro, racontant à leur tour l'histoire de Laurence, Michelle, Mémé Poulet.

    C'est donc un objet étonnant que ces Gens dans l'enveloppe, fusée à plusieurs étages. Roman, enquête, confessions autobiographiques aussi, oeuvre musicale. Une ambiance des années 70, des tricots rayés, des vacances au camping, des aspirations féminines, du monde qui change. Au delà d'un projet surprenant, un livre d'une grande qualité, plein d'émotion.

    Les Gens dans l'enveloppe, Isabelle Monnin avec Alex Beaupain (France). Le livre de poche. 8, 90 €

    Catégories : Littérature Française, Musique 0 commentaire
  • Une Amérique très politique

    Sélection de quelques romans qui prennent le pouls de l'Amérique d'hier et d'aujourd'hui, à la veille d'un scrutin très observé.

    14958907_1818537608367883_749660386_o.jpg

    Lire la suite

    Catégories : Littérature Américaine 0 commentaire